Raymond Domenech flingue les Bleus et la génération 87

PAR La méduse, le 26/06/2012 à 10:12

Raymond Domenech flingue les Bleus et la génération 87

Les Bleus éliminés, il n’en fallait pas plus pour que le tsunami médiatique s’enclenche. Le premier à lancer les hostilités n’est autre que Raymond Domenech.

L’ancien sélectionneur de l’équipe de France semble se délecter du malheur de ceux qui l’ont entrainé dans les abysses après six ans de règne. Dans Ouest France, la Ray se lâche : « Ce sont les absences d’investissement collectif des joueurs qui me désespèrent jusqu’à la colère« . Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’ancien « manitou » de la maison bleue ne se prive pas pour se payer la génération 87   »avec ses «stars», qui a montré toute l’étendue de ses faiblesses. La plus criarde étant son incapacité à regarder autre chose que son nombril. Il suffit de quelques-uns pour qu’un groupe explose ou implose« .

Jérémy Ménez et Yann M’Vila sont les premiers à trinquer : « les remplaçants sont les maçons d’un groupe. Soit ils consolident l’équipe, soit ils la détruisent. Ménez peut monter une entreprise de démolition, il fera fortune. M’Vila pourra être son maître d’œuvre au vu de sa sortie de terrain, remarquable face à l’Espagne...  ». Évidemment, Raymond ne peut s’empêcher de savater Samir Nasri en douce   »le symbole visible » même s’il assure qu’il n’en  »dira pas plus car le vestiaire se chargera de l’enfoncer ».

Domenech épargne par contre Laurent Blanc « qui avait opté pour un nouveau remaniement et pour une sécurisation défensive » même s’il ne peut s’empêcher de revenir  »sur ses changements souvent tardifs ou sur sa difficulté à gérer des ego démesurés » même si cela « ne ferait que masquer l’écrasante responsabilité des joueurs ». Ray-Ban regrette également la mise au ban des cadres comme Evra « le capitaine déchu resté sur le Banc ou Malouda, porte-parole de l’équipe, qui a traversé l’Euro sans autre impact que médiatique » et le manque de patron de cette équipe tout en reconnaissant qu’Alou Diarra a fait ce qu’il a pu

Comme dans toute histoire, il y a une morale et Raymond Domenech invite les instances à « changer la philosophie de notre éducation sportive et placer le collectif au centre de la formation des futurs professionnels français. Comme le font les Espagnols. »

A l’écouter, on oublierait presque que le vestiaire de l’équipe de France ressemblait à une kermesse sous ses ordres…

A LIRE EGALEMENT SUR MENLY.FR :

Euro 2012 : Nasri suspendu deux ans par la FFF?

Euro 2012 – Nasri, Ben Arfa, Ménez, Benzema : quand les Bleus sont des cons…

Ben Arfa, Nasri, Evra : les losers Bleus de l’Euro

 

F Partager sur Facebook T Partager sur Twitter Ajouter un commentaire Envoyer par mail S'abonner au flux rss
AJOUTER UN COMMENTAIRE