Euro 2012 – Clash Ben Arfa, Blanc, Nasri : L’Equipe veut-elle nuire aux Bleus ?

PAR Emmanuel Bocquet, le 21/06/2012 à 14:51

Euro 2012   Clash Ben Arfa, Blanc, Nasri : LEquipe veut elle nuire aux Bleus ?

C’est l’éternel débat : ce qui se passe dans le vestiaire doit-il impérativement rester dans le vestiaire ? Ce lieu sacré, objet de tous les fantasmes et théâtre des discussions les plus intimes entre joueurs, est censé être impénétrable. Sauf qu’aujourd’hui, les fuites rendent ce sanctuaire aussi poreux que le cerveau de Ribéry.

D’où proviennent ces fuites ? Mais des joueurs eux-mêmes bien souvent ! D’après vous, comment L’Equipe a-t-elle appris ce qui s’était passé – et dit – dans le vestiaire des Bleus après Suède-France, sachant évidemment qu’aucun journaliste n’était présent ?

Toujours est-il que ces informations tombées du ciel font le bonheur des médias, et en particulier de L’Equipe qui s’est désormais fait une spécialité de rapporter les bruits de vestiaire. Pensez donc : un clash entre joueurs avec invectives  et insubordination envers le sélectionneur : du pain béni pour tout gratte-papier qui se respecte.

Mais dès lors, la vraie question, la seule qui compte vraiment, est celle-ci : « Les journalistes doivent-ils révéler tout ce qui se passe à l’intérieur d’un groupe, avec le risque d’empirer les choses ? » On imagine bien qu’au sein d’une bande de 23 mecs vivant en autarcie, la testostérone prend parfois le pouvoir et les conflits – graves ou pas – inhérents à la vie en communauté sont inévitables.

Certains accusent L’Equipe de dévoiler ces secrets d’alcôve et, en les montant en épingle, de leur donner un retentissement qu’ils ne méritent pas. Et par voie de conséquence, d’empirer les choses. En clair, certaines vérités seraient bonnes à dire et d’autres non.

Or, si certains Bleus ne sont pas capables d’offrir autre chose que l’image de petits branleurs pourris-gâtés dont les égos ne souffrent pas la critique, c’est leur problème. Celui des journalistes est d’informer les Français et les tensions dans un groupe peuvent aussi expliquer certaines performances sur le terrain. A partir de là, l’intérêt journalistique est avéré.

Il ne s’agit pas là de défendre L’Equipe par simple souci corporatiste. Ni de dédouaner le canard du groupe Amaury de ses torts, en particulier sa déviance sensationnaliste de ces dernières années. Mais simplement de recentrer le débat et de rappeler une vérité : que les Bleus commencent par être exemplaires – et chasser les fantômes de Knysna qui ne demandent qu’à resurgir -, alors la presse – et donc l’opinion publique – suivra. Et pas l’inverse.

Pour l’instant, c’est mal parti…

 

A LIRE EGALEMENT SUR MENLY :

Capello, Deschamps, Le Guen : la short-list de la FFF pour remplacer Blanc

Euro 2012 : Nasri et Ben Arfa, le clash dans la peau

F Partager sur Facebook T Partager sur Twitter Ajouter un commentaire Envoyer par mail S'abonner au flux rss
AJOUTER UN COMMENTAIRE