Euro 2012 – Espagne, Allemagne, Pays-Bas, France, Italie : les favoris passés au crible

PAR Emmanuel Bocquet, le 07/06/2012 à 17:37

Euro 2012   Espagne, Allemagne, Pays Bas, France, Italie : les favoris passés au crible

 

L’Euro 2012, c’est maintenant ! A J-1 du début de la compétition continentale, les peuples européens retiennent leur souffle et tous les open spaces du Vieux Continent bruissent de rumeurs, se perdent en conjectures – ou s’étripent – entre la photocopieuse et la machine à café. Dans les bureaux, c’est l’effervescence, l’heure est aux feuilles de pronos, aux fichiers Excel et aux mises de 5€. De Josy de la compta à Michel le teckos en passant par Gégé de la régie, tout le monde va y aller de son petit pari. Même s’il n’y connaît rien au foot.

C’est donc le moment de se faire un peu de fric facile en raflant la mise au nez et à la barbe de tous ces amateurs. Mais pour cela, il y a quelques truc à savoir. La Grèce peut-elle nous refaire le coup de 2004 ? Que vaut l’Ukraine ? C’est quoi cet horrible maillot à damier ? Ribéry va-t-il devenir une icône nationale avec un doublé en finale ?

Pour vous aider à faire le tri dans ce maelström d’infos, on vous a prémâché le travail en hiérarchisant pour vous les équipes de l’Euro, classées par catégories :

 

Evidemment :

Espagne : Euro 2008, Coupe du Monde 2010… Et si l’Espagne signait un triplé historique ? Le sélectionneur est le même, les joueurs aussi (18/23 étaient en Afrique du Sud) bref, les Ibériques vont appliquer leur méthode habituelle : passes courtes, disponibilité, technique léchée (le jour où vous verrez Xavi faire une contrôle raté), bref du Joga Bonito et des courses à bloc pendant 90 minutes : on ne change pas une potion recette qui gagne.

Allemagne : « Le foot est un jeu qui se joue à 11 » etc. Mouais. La citation de Gary Lineker a pris du plomb dans l’aile depuis 1990. Depuis, la Mannschaft n’a gagné que l’Euro 1996, échouant systématiquement dans la dernière ligne droite, malgré des équipes de ouf’. Il faut dire que la rigueur allemande n’est plus ce qu’elle était. Depuis Joachim Löw, les Teutons font même le spectacle. Les ravages de la mondialisation.

Pays-Bas : Arrivera bien un jour où la Hollande va gagner quelque chose. Et ce jour est peut-être arrivé. Robben, Van Persie, Huntelaar, Sneijder… Les Oranje ont du très lourd devant. Mais paradoxalement, c’est aussi ce qui pourrait causer leur perte. Comme d’habitude, les guerres d’égos vont pourrir l’ambiance, Robben va gifler Sneijder dans le vestiaire et Huntelaar va découper Van Persie à l’entraînement. Bref, les Néerlandais vont se saborder et sortir au stade des demi-finales.

 

Ca peut le faire :

France : Oui bon, on peut toujours rêver. D’autant que d’éminents spécialistes tels qu’Arsène Wenger et Stéphane Pauwels pensent que les Bleus peuvent aller au bout. Comme d’habitude, il faudra un brin de réussite. Un gros brin. Une paille. OK, un tronc d’arbre. Bon, oubliez, on n’y arrivera pas.

Italie : 1982 : scandale du Totonero. L’Italie championne du Monde. 2006 : scandale du Calciopoli : l’Italie championne du Monde. 2012 : scandale du Calcioscommesse. Vous voyez venir le truc ? Eh bien justement non, tout le monde est tombé dans le panneau mais l’Italie ne peut pas être championne d’Europe le 1er juillet prochain, puisque ça ne marche qu’avec la Coupe du Monde. Arnaqueurs jusqu’au bout, les Italiens…

 

Sur un malentendu :

Portugal : Pour gagner l’Euro, le Portugal doit compter sur la conjonction de 3 facteurs déterminants : 1. Cristiano Ronaldo. 2. Cristiano Ronaldo et 3. Cristiano Ronaldo. Problème : malgré ses 3000 abdos/jour et son envie de tout faire, CR7 ne pourra pas jouer à tous les postes avec la sélection portugaise.

Pologne : Avec son contingent de Français naturalisés, la Pologne sera un peu l’équipe de France bis. Celle qu’on supportera si les Bleus se font sortir prématurément. A part ça, le collectif polonais semble bien rôdé et si vous devez prendre un risque dans vos pronos, tentez donc celui-là : Pologne demi-finaliste de l’Euro.

Angleterre : Ca fait 46 ans que l’Angleterre n’a rien gagné au niveau international. Il n’y a pas de raison que ça change avec cet effectif amputé de Barry ou Lampard et privé de Rooney en poule. Pour que nos meilleurs ennemis s’offrent le titre, il faudrait un miracle. Ou que la Reine meurt pendant la compétition, les joueurs voulant alors gagner pour honorer la mémoire de leur souveraine bien-aimée. Bref, les chances sont minimes.

 

Même pas en rêve :

Suède : Ibracadabra ! Non, même avec de la magie, la Suède ne peut pas être championne d’Europe.

Danemark : On peut surprendre une fois 1000 personnes, mais on ne peut pas… Vous connaissez la suite. Le Danemark, vainqueur-surprise (tellement « surprise » qu’ils ne devaient pas être là) de l’Euro 1992 aura du mal à nous refaire le coup 20 ans plus tard. En plus, les Scandinaves sont dans le groupe de la mort avec le Portugal, les Pays Bas et l’Espagne. Vous pouvez miser sur 3 défaites pour les Danois.

 

A LIRE EGALEMENT SUR MENLY :

Euro 2012 – Dans le bus des Bleus : Ribéry et Valbuena mécontents des chambres

Thierry Roland : le casier judiciaire accablant

Euro 2012 : les meilleures applications iPhone et iPad pour suivre la compétition

F Partager sur Facebook T Partager sur Twitter Ajouter un commentaire Envoyer par mail S'abonner au flux rss
AJOUTER UN COMMENTAIRE