Euro 2012 : Comme Sagna et Puyol, ils ont loupé une grande compétition sur blessure

PAR La méduse, le 09/05/2012 à 19:08

Euro 2012 : Comme Sagna et Puyol, ils ont loupé une grande compétition sur blessure

 

Bacary Sagna va manquer l’Euro suite à sa fracture du péroné récidiviste. Il a depuis été rejoint par Carles Puyol qui devrait également rester « a la casa » cet été. Ces joueurs ne sont pas les seuls à s’être blessés juste avant une compétition importante.

- Djibril Cissé : L’attaquant de QPR a la poisse. L’Euro 2004, il le regardera sur TF1 à la suite d’une suspension qui le suivait depuis son passage chez les Espoirs. En Octobre 2004, il se fracture la jambe sur un choc anodin lors d’un match de Premier League. Et ça ne s’arrête pas là. Une semaine avant le mondial 2006 allemand, le buteur tatoué se casse tout seul la jambe dans un match amical contre la Chine à Geoffroy-Guichard. Coïncidence, ou pas, Zinédine Zidane tire le pire pénalty de sa carrière. Djibril Cissé manquera la belle épopée des bleus et finira même jusqu’à s’exiler en Grèce pour montrer qu’il n’est pas mort. Si ça c’est pas un poissard.

- Robert Pirès : En 2002, Robert Pirès est au sommet de son art et flambe à Arsenal. Le sort décide alors de contrarier l’ancien Messin et lui inflige une fracture du tibia-péroné alors qu’il effectue un petit saut pour éviter un tacle. Il manquera la pathétique Coupe du Monde 2002 asiatique et sera quand même sacré meilleur joueur de Premier League. Comme quoi, ça a parfois du bon d’être en mousse. En 2007, alors qu’il vient de signer à Villareal après six années de bons et loyaux services à Arsenal, Bob se déchire les ligaments internes du genou. Comme quoi, ça n’a pas toujours du bon d’être en mousse.

- Santiago Canizares : A Valence, il a longtemps été considéré comme un demi-dieux. Il faut dire qu’être le gardien de l’équipe double-finaliste de la Ligue des Champions (2011 et 2002), ça aide. Grâce à son statut et non à sa coupe de cheveux péroxydés, il est même devenu le portier de la sélection nationale et s’apprête à disputer le mondial coréen en 2002. C’était sans compter sur une bouteille de parfum que le gardien de la Roja préfère amortir avec son pied et qui lui coupe le tendon à la sortie de sa douche. Suite à cette bourde, le Yohan Demont de l’époque chutera et ne retrouvera jamais son niveau. Il n’y a donc pas que DSK qui aura ruiné sa carrière à la sortie d’une douche.

- Martin Palermo : Quand il marque un but, Palermo est comme tous les sud-américains : un peu « loco« . Et par moment, il arrive que les choses tournent mal. En novembre 2001, Martin évolue à Villareal, c’est à dire loin de son Boca natal. En quête de reconnaissance loin de ses terres, il explose de joie après un but et entend le fêter dignement avec ses supporters. Il grimpe alors sur un petit muret qui abrite un panneau publicitaire. Ce dernier s’effondre sous son poids et lui brise la jambe. Au sommet de son art, Palermo loupera le mondial 2002. En homme de mémoire, Diego Maradona le rappellera en 2010 pour le Mondial sud-africain, mais à 37 ans les vis et les broches de sa jambe semblaient bien rouillées.

- Emerson : Encore en 2002, l’année de tous les malheurs et de toutes les blessures irrationnelles. Cette fois, ça touche le capitaine du Brésil, l’un des favoris du Mondial. A l’entraînement, alors que d’ordinaire les Brésiliens s’organisent des concours de « tricks« , ils changent leurs habitudes et s’organisent une séance de pénalty. Dans la bonne humeur ambiante, Emerson s’improvise gardien de but et de met dans la peau de Dida. Sauf qu’Emerson ressemble plus à Jean-François Copé qu’à un gardien. Il retombe mal sur un plongeon mal maîtrisé et se luxe l’épaule pendant la préparation et sera contraint de déclarer forfait. La bonne vieille rigueur brésilienne….

 

A LIRE EGALEMENT :

Euro 2012 : Ben Arfa dans la liste de Laurent Blanc

Claude Makelele devant le tribunal pour violence conjugale

 

 

 

F Partager sur Facebook T Partager sur Twitter Ajouter un commentaire Envoyer par mail S'abonner au flux rss
AJOUTER UN COMMENTAIRE