Thiago Silva, Ibrahimovic, QSI : le PSG c’était mieux avant ?

PAR La méduse, le 16/07/2012 à 12:57

Thiago Silva, Ibrahimovic, QSI : le PSG cétait mieux avant ?

De Canal Plus à QSI en passant par Colony, le PSG a connu ces 20 dernières années des changements radicaux. Il y a deux ans, Alain Roche et Robin Leproux bouclaient difficilement les arrivées combinées de Bodmer, Tiéné et Nenê. C’est désormais avec les avocats de Zlatan que Leonardo discute depuis trois jours pour conclure l’arrivée du Suédois, qui percevrait 14 millions d’euros par an. Doit-on s’en réjouir ?

Entre New York Cosmos et Inter de Milan

Sauf incident nucléaire ou crise d’épilepsie de dernière minute, Zlatan Ibrahimovic devrait s’engager avec le Paris Saint Germain pour les trois prochaines années. Le Suédois à queue de cheval deviendrait ainsi le deuxième joueur le mieux payé au monde derrière Samuel Eto’o, et accessoirement le symbole d’un PSG définitivement passé dans une nouvelle dimension, entre la troisième et la quatrième.

Dans cette nouvelle galaxie, Paris dépouille le Milan A.C de ses deux stars, il pille l’Italie de ses plus grands talents et devient l’équipe que personne ne veut affronter en Ligue des Champions. Il faut dire que Leo et Nasser ne font pas n’importe quoi, enfin pas tout le temps. Au programme, des noms ronflants, évidemment, mais pas que.

En deux saisons, Paris s’est offert Thiago Silva, ce qui se fait de mieux en défense, Pastore, l’un des plus gros espoirs à son poste et quelques joueurs confirmés ou revanchards comme Lavezzi, Motta et Ménez. Sur le papier, le onze parisien figure facilement dans le Top 10 européen, derrière le Real, Barcelone et les deux Manchester. Mais où est le charme ?

Si le recrutement effectué jusqu’ici reste plutôt cohérent, certaines choses mériteraient peut-être d’être revues. On pense notamment à Sakho et Chantôme, les deux gavroches formés au club. Le premier avait pour ambition de devenir le Maldini du PSG, il sera finalement mis aux oubliettes en fin de saison, éteint par le recrutement d’Alex et ses quelques bourdes. Quant au deuxième, il est bloqué à Paris par Ancelotti, alors que son temps de jeu sera limité aux blessures des uns et des autres. Une façon comme une autre de conserver un brin d’identité.

Sans ses deux titis parisiens mais avec ses nombreux internationaux étrangers, Paris est devenu une sorte d’Inter de Milan de la grande époque, l’usine où les grands noms s’empilaient n’importe comment. Manchester City en gros. On est loin du PSG d’antan, celui des Mendy, Cissé ou Rothen, qui frôlait parfois le ridicule mais qui restait humain. Ce PSG rempli d’espoirs en début de saison avant la fameuse crise de novembre, celui des matchs en bois contre Nancy ou Lorient au Parc et des victoires en Coupe de France.

Même avant eux, Paris avait une base d’irréductibles et ça marchait. Les Colleter, Le Guen et autres Guérin ou Bravo. Evidemment, ces joueurs n’étaient pas ce qui se faisait de mieux ou de pire, mais ils étaient Parisiens, même s’ils n’y étaient pas nés. On était loin de la partie de Football Manager à laquelle se livre le club pour retrouver au plus vite les sommets qu’il n’a que très rarement connu dans sa courte histoire.

Les lynx au temple de Footix

Aujourd’hui, aucun joueur n’a vraiment l’étiquette PSG comme ont pu l’avoir les Raï et Pauleta. Evidemment, il faut laisser le temps au temps, mais on doute quand même que cela arrive. Dans deux ans, Paris aura peut-être de nouvelles lubies et voudra se débarrasser de Pastore, plus assez clinquant, pour s’offrir Messi ou CR7. Ça fera plaisir aux spectateurs, les supporters ayant été priés d’aller voir ailleurs si Robin Leproux y était.

Dehors donc les Ultras et leurs dérives, bienvenue à Germain le Lynx et sa bande de zouaves maquillés aux couleurs parisiennes. Sans faire injure aux spectateurs du Parc, comment une telle équipe avec de tels joueurs peut vanter le public parisien alors qu’il n’ont connu, ni de Thierry ni d’Adam ce qui se faisait de mieux en France il y a encore deux piges ? Evidemment, les rixes entre Boulogne et Auteuil ne pouvaient plus continuer et une action s’imposait. Mais comment croire qu’une coupe de 13 000 fans n’allait pas avoir de répercussions sur l’ambiance ? 

Les tifos, les chants et l’atmosphère unique du Parc des Princes ont disparu en même temps que les bastons. C’est bien, mais pour 500 brebis galeuses qui mettaient le boxon, c’est un peu n’importe quoi. Résultat, l’Enfer du Parc a laissé place à Disneyland, un endroit où les spectateurs sifflent au moindre 0 – 0 à la pause, où les chants mal synchronisés n’interviennent que lors des buts parisiens et dans lequel chaque joueur est conspué au moindre face-à-face loupé, surtout quand il vaut 42 millions. Evidemment, certains ont pris cher par le passé aussi, on pense à Pauleta, sifflé avant de retourner le versatile public pour se le mettre dans la poche. Le Parc des Princes d’avant, c’était ça. Un public exigeant, sûrement trop au vu de l’infâme équipe alignée mais capable de retourner n’importe quelle rencontre par une poussée venue des tribunes.

On est loin de cette époque. Malgré la hausse impressionnante du prix des abonnements (+ 20%) , les amis de Germain se presseront pour voir Zlatan et sa bande. Ils sont en plus prêts à aller au Stade de France, même provisoirement. Où est passé le « Saint-Denis on s’en fout, le Parc est à nous » ? Si le PSG a perdu une partie de son âme, ce n’est pas en se vendant aux Qataris mais bien en virant ses fans historiques.

Heureusement, Paris perdra contre Lorient au premier match. Le Parisien titrera que Carlo Ancelotti est menacé et que Pep Guardiola a été contacté avant que José Anigo ne déclare que Nicolas N’Koulou est bien supérieur à Thiago Silva, tout en essayant de choper Mamadou Sakho, on ne se refait pas. En fait, tout va trop vite, on passe ici d’un club dont l’image de tocard colle à la peau à celle du nouveau riche dont l’argent provient de l’étranger. Ça gêne forcément, alors que tout le monde est heureux de regarder la Premier League. Heureusement que le PSG existe au fond. Sur quoi écririons-nous sinon ?

A LIRE EGALEMENT SUR MENLY.FR :

PSG : Ibrahimovic et Verratti à Paris, c’est pour aujourd’hui

PSG : Gameiro, Sakho et Nenê condamnés à cause d’Ibrahimovic et de Thiago Silva

Zlatan Ibrahimovic : pourquoi a-t-il choisi le PSG ?

 

 

 

F Partager sur Facebook T Partager sur Twitter Ajouter un commentaire Envoyer par mail S'abonner au flux rss
AJOUTER UN COMMENTAIRE