Le baiser mortel du dragueur : The sexual network (2/4)

PAR Emmanuel Bocquet, le 30/06/2011 à 10:34

Le baiser mortel du dragueur : The sexual network (2/4)Cet article est la suite de : Le baiser mortel du dragueur (1/3).

Intrigué mais surtout fasciné par cette espèce de microcosme dont chacun des protagonistes connaît parfaitement les codes et le langage, je vagabonde à travers les commentaires et les private jokes. Ma première réaction est de me dire que ça y est, je suis déjà un has-been. Et puis finalement, en me référant régulièrement au lexique à chaque problème de sémantique, je finis par me prendre au jeu. La plupart de ces jeunes Casanova ont bien dix ans de moins que moi, mais qu’importe ! Après tout, on a l’âge de ses artères…

Pour pouvoir participer au débat et devenir un membre à part entière, il faut se créer un compte. Et un pseudo. Alors que je m’attendais à trouver des trucs lourdeaux du style « Bogosse_du_6e » ou « Fatal_lover », les mecs restent plutôt sobres dans leurs pseudos. Je décide donc de suivre la tendance. Pour cette nouvelle communauté à laquelle j’espère appartenir, je serai « Beau_de_l’air ». D’abord parce que j’aime l’auteur des Fleurs du Mal. Et puis parce que je vendrais ma mère pour un jeu de mots, même tout pourri.

Une fois mon profil créé et le mail de confirmation validé, le jeu commence. Car c’est bien de ça qu’il s’agit : pour ces types, la séduction n’est rien d’autre qu’un jeu. D’ailleurs, ils se nomment « players » entre eux et définissent la séduction comme un « Game ». Une fois sur le forum, je découvre un espace de discussion parfaitement organisé. Chaque section est clairement définie, et subdivisée en sous-thématiques liées. Certaines sont assez cocasses. J’aime particulièrement celle-là : « MILF Hunting : techniques et bottes secrètes pour draguer, séduire et baiser des femmes plus âgées ».

Dans cette sous-partie, de jeunes blancs-becs racontent comment ils ont emballé leur prof de gestion de fac, leur banquière voire, pour les moins scrupuleux – ou les plus motivés – la mère d’un pote ! Il y a aussi la partie intitulée « Projet Threesome« . Réservée aux membres confirmés, elle décortique comme son nom l’indique la façon d’obtenir par différents biais des « plans à trois ». Je sors de ce quart d’heure de lecture passablement excité, et très surpris par l’intérêt grandissant que je commence à porter à la « discipline ». La deuxième surprise, c’est qu’il est 4h du matin et que je me lève à 7h15.

Après une journée de boulot sous le sceau de la caféine, je regagne mes pénates vers 20h avec la ferme intention de me mêler aux conversations érotico-scientifiques de mes nouveaux amis. Un petit pain garni de boeuf, d’une rondelle de tomate et d’une tranche de fromage – un Big Mac, quoi – plus tard, et me revoilà vissé devant l’écran de mon Macbook. Je parcours le forum jusqu’à ce qu’un sujet de topic attire mon attention : « The Game : didacticiel pour la première partie. »

A priori, c’est pour moi. En fait, ce n’est ni plus ni moins que LA méthode pour entrer dans le « Game ». Tout y est expliqué, les réactions de la « cible » sont anticipées, avec les réparties adéquates. Bref, selon l’auteur il suffit de se mettre sur les rails et de laisser rouler. Je me focalise sur le passage « comment draguer dans la rue ». Un truc que je n’ai jamais fait. Apparemment, il n’y a rien de plus simple. Un « opener » (phrase d’accroche) adapté au contexte, un « Neg hit » (remarque déstabilisante destinée à attirer l’attention de la cible) agressif et le « zéro-six » de la demoiselle est dans la poche.

Rattrapé par mon manque de sommeil, je me couche avec l’étrange sensation d’être à la lisière de nouveaux horizons. Mon scepticisme en a pris un coup mais c’est autant la possibilité de vérifier que « ça marche » que la perspective de faire des rencontres qui me taraudent. Et si c’était vrai ? Finalement, peut-être que toutes les filles fonctionnent plus ou moins de la même façon et qu’il n’y a qu’à suivre un canevas prédéfini pour faire réagir leur hormones. Et si j’essayais. Juste pour voir. Après tout, qu’est-ce que j’ai à perdre ? Allez, demain, j’essaye…

(A suivre)…

F Partager sur Facebook T Partager sur Twitter Ajouter un commentaire Envoyer par mail S'abonner au flux rss
AJOUTER UN COMMENTAIRE