Le Baiser Mortel du Dragueur – Episode 1 : Opération Métro

PAR Emmanuel Bocquet, le 31/07/2012 à 12:26

Le Baiser Mortel du Dragueur   Episode 1 : Opération Métro

Le Baiser Mortel du Dragueur, c’est l’histoire d’un mec. Un mec comme vous et moi, qui cherche le grand amour ou un coup d’un soir. Et qui ne trouve aucun des deux… Ce mec, c’est Nicolas, aka Nico, aka « Black cat ». Voici son histoire…

***************

Le Baiser Mortel du Dragueur – épisode 1 : « Métro, c’est trop »

Samedi 29 juillet, 17h39 – Métro ligne 9 – Station Chaussée d’Antin

Brune, les yeux verts. Comme tu les aimes. Vite, une place d’où tu pourras l’observer tranquillement. Surtout, privilégier une bonne visibilité… mais pas trop près non plus. Tiens, à côté du grand-père, là… Parfait.

["Vous êtes arrivés à Saint-Lazare, attention à la marche en descendant du train"]

Bon, elle ne descend pas là, c’est déjà ça… Oh là, le petit regard qui va bien ! Je crois que j’ai une ouverture comme dirait Jean-Claude… C’est du tout cuit, ça ! Il peut rien t’arriver…Le Baiser Mortel du Dragueur   Episode 1 : Opération Métro

(Rhâââ), mais qu’est-ce qu’il fait, lui ? Pourquoi il faut qu’il vienne se placer justement là, pile-poil dans mon axe de tir ? Je ne la vois plus. Ah si, là voilà dans la reflet de la vitre. Hé hé, t’es un malin, toi, hein ? On ne te la fait pas…

17h43 – [Mesdames et messieurs, notre train est arrêté pour régulation. Merci de patienter]

Bon, plan d’action. Déjà, valider le truc. T’es certain qu’elle t’a bien maté ? Si ça se trouve elle regardait la pub Wall Street English dans ton dos…

Non, non, elle a bien jeté un regard dans ta direction. Mieux vaut être sûr… Allez, lève le nez de ton bouquin, ma belle. D’ailleurs, qu’est-ce qu’elle lit, tiens ? Pourvu que ce ne soit pas Closer ou L’Alchimiste... Marc Lévy. Ah oui, quand même…

Allez, si elle regarde encore une fois dans ta direction, à l’attaque. Joue-la offensif !

Bon OK, mais tu lui dis quoi ? « Hé Mademoiselle, trop charmante ! » Non, elle va partir en courant en se cramponnant à son sac à main… « Excusez-moi, j’ai l’impression que le courant est passé entre nous, je vous offre un café ? » Non, trop conventionnel, trop plat… On dirait du Vincent Delerm.

C’est vrai ça, on ne réfléchit jamais à ce genre de détail. Faudrait avoir une phrase toute faite pour ce genre de situation. Une formule magique, irrésistible. [Franklin Roosevelt.... Franklin Roosevelt]

Le genre de phrase qui te pose un homme. Sobre, classe, avec juste un soupçon d’audace et d’arrogance… Une réplique à la Clooney… Non, mieux : à la Hugh Jackman.

17h48 – Bon sang mais elle est où ? Eh voilà, bien joué mon pote : tu rêvasses et tu l’as perdue. Elle est descendue ou quoi ? Aïe, aïe, aïe, il y a trop de monde, je ne vois plus rien… Là, c’est elle ! Bon sang, elle est en train de descendre.

Allez, sors de ce wagon, mec. Qu’est-ce que t’as à perdre ? Tu t’en fous de ton rendez-vous clientèle de 18h, maintenant tu sors de ce wagon et fissa ! [Tuuuuuuuuuuuuuuuut !] Alleeeeez ! Wouah, c’était moins une que je me fasse pincer très fort, comme le petit lapin. Quand on y pense, c’est nul ce slogan. Ca fait des années que… mais à quoi tu penses là ? Tu divagues mon vieux. Reste concentré sur l’objectif. La cible…

Elle est là, dix mètres devant toi. Bon style, belle démarche. Tu ne l’avais vue qu’assise jusqu’ici, mais debout aussi elle envoie du bois. Escarpins ouverts noirs, tailleur… Non rien à dire, c’est du lourd. Bon, apparemment elle va prendre la Ligne 1.

Ça t’arrange pas des masses, ça… Allez, tu la rattrapes et tu lui dis que tu la trouves bonnasse… Non mais ça va pas bien, toi… Tu paniques là ! Allez, trouve un truc, une phrase, un mot, une onomatopée, n’importe quoi… Lance-toi sinon tu ne le feras jamais :

17h52 - QUAI LIGNE 1 – STATION FRANKLIN ROOSEVELT

« - Excusez-moi…

- Oui ?

- Ce n’est pas dans mes habitudes d’aborder les femmes comme ça (menteur), mais j’ai croisé votre regard tout à l’heure et j’ai senti qu’il se passait quelque chose…

- Ah ? Comme quoi ?

- Je ne sais pas, vous avez regardé dans ma direction avec un air qui ne trompe pas…

- Ah non désolée, je vérifiais juste le nom de la station pour savoir où j’étais.

- Ah… OK, je… Bonne journée alors ! »

T’es vraiment un loser… Et en plus t’as raté ton rendez-vous ! Un râteau et un client perdu en une demi-heure, tu forces le respect, mec…

A suivre…

F Partager sur Facebook T Partager sur Twitter Ajouter un commentaire Envoyer par mail S'abonner au flux rss
AJOUTER UN COMMENTAIRE