Remède contre l’alcoolisme : Le Baclofène autorisé par l’Afssaps

PAR Cathy Pinte, le 25/04/2012 à 09:41

Remède contre lalcoolisme : Le Baclofène autorisé par lAfssaps

Nouveau rebondissement dans l’affaire du Baclofène, ce relaxant aux vertus efficaces pour lutter contre l’alcoolisme.

L’Afssaps, l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé vient de publier, mercredi 24 avril, un communiqué sur ce médicament. Elle émet un avis favorable pour que les spécialistes puissent le prescrire aux patients alcoolo-dépendants.

L’Afssaps juge en effet que « de nouvelles données montrent des bénéfices cliniques chez certains patients », mais met en garde contre « une sous-notification probable des effets secondaires ». Les autorités sanitaires demandent donc aux médecins de surveiller de près les patients sous Baclofène.

Connu sous le nom de Lioséral, ce médicament est prescrit depuis 1974 en tant que micro-relaxant, dans le traitement des contractures musculaires d’origine cérébrale.

Depuis quatre ou cinq ans, sous l’impulsion du cardiologue Olivier Ameisen, le Baclofène est prescrit pour guérir les patients alcooliques.

Depuis, près de 500 médecins français signent des ordonnances en dehors de l’Autorisation de mise en marché, c’est-à-dire pour une indication autre que son indication d’origine et à des doses dépassant largement celle préconisées dans la notice.

Article du 21 mars

En début d’année, le cardiologue Oliver Ameisen créait le buzz en affirmant que le Baclofène, prescrit à la base pour soigner des troubles neurologiques, permettait de guérir les alcooliques.

L’annonce avait fait des émules dans le monde médical. Elle a surtout servi à lancer des recherches pour prouver l’efficacité de ce médicament.

Une étude « ouverte » menée par des médecins français a suivi 132 patients, gros consommateurs d’alcool. Après une année de traitement, 80% d’entre eux étaient soit devenus abstinents (78) soit consommateurs modérés (28).

Pourtant tous les patients n’ont pas suivi l’étude jusqu’au bout, les chiffres varient donc si on prend en compte ou non les patients « perdus ». Si on exclut ceux qui n’ont pas été au bout du traitement, les résultats positifs atteignent quand même 58% des cas. Ce qui montre donc que le Baclofène permet de guérir plus d’un cas de dépendance à l’alcool sur deux.

Un essai clinique devrait démarrer en mai prochain et se terminer en 2013 pour confirmer les résultats de cette enquête préliminaire. L’essai clinique devrait permettre de suivre 320 patients alcooliques divisés en deux groupes, l’un prenant du Baclofène, l’autre prenant un placebo.

L’essai sera financé en grande partie par la Sécurité Sociale et pour le reste par un particulier. L’objectif sur le long terme de cet essai est de couper toute envie de consommer de l’alcool. Si on n’observe pour le moment peu d’effets secondaires, il faut toutefois noter que de la fatigue, de la somnolence, certaines insomnies, des vertiges et des troubles digestifs sont apparus chez certains volontaires durant l’étude préliminaire.

A LIRE AUSSI SUR MENLY:

- Les adeptes de tatouage et de piercing boivent plus d’alcool que les autres

- L’alcool nous rendrait intelligent, c’est prouvé scientifiquement

F Partager sur Facebook T Partager sur Twitter Ajouter un commentaire Envoyer par mail S'abonner au flux rss
AJOUTER UN COMMENTAIRE