Nicolas Sarkozy : un miracle, sinon rien

PAR Laurent Lepsch, le 30/04/2012 à 16:11

Nicolas Sarkozy : un miracle, sinon rienAlors que les Français connaîtront le nom de leur président ce dimanche  à 20 heures, il semble que les dés soient déjà jetés et que François Hollande gagne haut la main l’élection le 6 mai prochain.

Bien sûr, la partie n’est pas tout à fait terminée, tout n’est pas encore joué et les innombrables indécis ont, dans une certaine mesure, le sort des cinq prochaines années de la République française entre leurs mains. Il y a aussi le débat de mercredi prochain entre Sarkozy et Hollande, qui, s’il était largement remporté par le chef de l’État, lui ferait au mieux gagner… 1 point dans les intentions de vote.

Seulement voilà, c’est sur un véritable miracle que le président français doit aujourd’hui compter pour être réélu. Le candidat UMP est en effet crédité de 45% d’intentions de vote au second tour de la présidentielle, quant son rival socialiste pointe dans tous les sondages à 55%, voire plus.

10 points d’écart, Nicolas Sarkozy est bien trop intelligent pour ignorer qu’un tel retard ne se rattrape pas si près de l’échéance. Il joue alors en ce moment sa dernière carte – à droite toute -, fait encore mine d’y croire dans les médias, mais le cœur n’y est plus vraiment. Tout juste a-t-il sincèrement envie d’en découdre avec Hollande avant de tirer sa révérence ; histoire, pense-t-il, de démontrer aux Français toute la vacuité du programme de son adversaire, sinon sa dangerosité.

Un baroud d’honneur pour un homme dont nul ne sait ce qu’il a prévu de faire à partir du 7 mai prochain. Alea jacta est ? Les sondages le disent et la rumeur de la rue le dit. Vox populi, vox Deï ?

 

A LIRE AUSSI SUR MENLY :

Sondage : Aubry et Juppé favoris pour Matignon

F Partager sur Facebook T Partager sur Twitter Ajouter un commentaire Envoyer par mail S'abonner au flux rss
AJOUTER UN COMMENTAIRE