Des Paroles et Des Actes – Sarkozy a choisi son premier ministre

PAR Rédaction Menly, le 26/04/2012 à 19:56

Des Paroles et Des Actes   Sarkozy a choisi son premier ministre

Menly.fr vous propose de suivre en direct commenté l’intervention des deux finalistes de l’élection présidentielle sur France 2.

- NICOLAS SARKOZY -

23 heures – Nicolas Sarkozy face aux propositions de François Hollande

Ecart maximal de salaires de 1 à 20 dans les entreprises publiques : « Si nous avons des Steve Jobs et des Bill Gates, ça ne me dérange pas qu’on les paye plus », rétorque Nicolas Sarkozy.

Interdiction formelle du cumul des mandats : « François Hollande dit qu’il croit au mandat unique mais en a deux », répond le président de la République. « Le mandat unique est un risque : celui d’avoir des parlementaires qui font la loi sans avoir les pieds sur le terrain », ajoute-t-il.

En conclusion, Nicolas Sarkozy a indiqué avoir choisi son premier ministre et a donné une première indication sur son identité : « Il faut quelqu’un qui ait de l’expérience ». Le temps étant écoulé, Nicolas Sarkozy n’aura pas à répondre à une question concernant son éventuelle défaite.

22 h 50 – Nicolas Sarkozy face aux propositions de Marine Le Pen

Perpétuité réelle pour certains délit : « Ça ne me choque pas », répond le président de la République. « Moi-même j’ai prévu la rétention de sûreté ». « Une personne encore dangereuse peut être gardée après sa peine ».

Priorité nationale : « Je ne suis pas d’accord. Je suis pour la préférence communautaire (européenne, ndlr)« , coupe Nicolas Sarkozy. Le président de la République réaffirme sa volonté de diviser par deux le nombre d’immigrés accueillis en France afin de les accueillir dans de meilleures conditions. « La France est un pays ouvert qui continuera à l’être », affirme le Président.

Nicolas Sarkozy a repoussé l’idée d’intégrer des ministre du Front national à son futur gouvernement et refuse de s’allier au Front national. « Mes candidats se qualifieront partout », a affirmé Nicolas Sarkozy. Le président de la République ne fera pas d’appel à voter pour le PS en cas de duels FN/PS au second tour des législatives et a indiqué que sa majorité ferait « du cas par cas ».

22 h 35 – Nicolas Sarkozy parle du droit à la formation

Le président de la République propose qu’un chômeur perçoive une indemnisation pour suivre une formation qui lui permettrait d’accéder au marché du travail. « Toute personne au chômage ne sera plus condamnée à rester chez elle. On fera un bilan de compétences. Elle sera rémunérée pour être formée », a-t-il expliqué. En contrepartie, « les personnes au chômage qui auront choisi cette formation qualifiante devront accepter un emploi correspondant ».

Nicolas Sarkozy a reparlé de sa volonté de rétablir des frontières afin de mieux protéger l’emploi.

22 h 25 – Nicolas Sarkozy contre l’encadrement des loyers

« L’encadrement des loyers à conduit à la plus grave crise du logement jamais connue en France et à l’appel de l’Abbé Pierre ». Nicolas Sarkozy a affirmé ne pas vouloir encadrer les loyers. Il souhaite s’approcher du modèle allemand « qui n’a rien à voir ». En Allemagne, la justice intervient dans la relation locataire/propriétaire. « Si un loyer est supérieur à 20% par rapport aux autres du secteur lors de la relocation, le locataire pourra saisir la justice », a-t-il expliqué.

22 h 15 – Nicolas Sarkozy : « Je n’ai jamais sous-estimé personne »

Nicolas Sarkozy nie avoir sous-estimé son adversaire, François Hollande. « Je serai très heureux de débattre avec lui (…) je n’ai aucun contentieux avec lui ».

Interrogé à propos de Marine Le Pen, Nicolas Sarkozy a redit son respect pour les électeurs du Front national. « Quand quelqu’un souffre, il faut entendre ce qu’il a à dire pour apporter des réponses précises », a-t-il ajouté.

22 h 05 – Nicolas Sarkozy condamne les propos de Lionnel Luca

Nicolas Sarkozy a condamné les attaques de Lionnel Luca envers Valérie Trierweiler. En revanche, le président sortant a regretté que François Hollande n’aie jamais condamné les propos de ceux qui l’ont comparé à « Hitler, Franco ou Pétain ». Le président de la République a également rappelé que François Hollande l’avait, selon lui, traité de « sale mec » il y a quelques mois de cela.

Nicolas Sarkozy a également nié tenter de s’approprier l’électorat du Front national lorsqu’on l’a interrogé à propos de la « présomption de légitime défense » qu’il veut donner aux policiers.

- FRANÇOIS HOLLANDE -

22 heures – François Hollande ne redeviendra pas premier secrétaire du PS

François Hollande a confirmé qu’il composerait un gouvernement au sein duquel aucun membre ne pourrait cumuler sa fonction avec des mandats locaux. « Il n’y aura pas d’exception », a-t-il ajouté.

La dernière question à laquelle le candidat socialiste a dû répondre concernait son avenir en cas de défaite le 6 mai prochain. Prêt à poursuivre ses mandats, François Hollande a affirmé qu’il ne redeviendrait pas premier secrétaire du Parti socialiste. « Je n’ai pas vocation à être premier secrétaire à vie ».

21 h 50 – François Hollande favorable à une alliance de la gauche pour ne pas être éliminé des législatives

François Hollande a répondu favorablement à l’appel de Jean-Luc Mélenchon. Le candidat du Front de gauche a exprimé sa volonté de faire front aux législatives afin de ne pas être obligé de voter pour l’UMP face au Front national.

Interrogé également sur l’identité de son futur premier ministre, François Hollande a affirmé qu’il devait être impérativement socialiste et capable de fédérer une majorité à l’Assemblée nationale. « Je ne nommerai pas un Premier ministre avant le scrutin, je ne suis pas encore président », a-t-il déclaré.

21 h 40 – François Hollande face aux propositions de Nicolas Sarkozy

Travail obligatoire pour les prestataires du RSA : François Hollande se dit opposé à cette mesure. Il souhaite développer « des contrats d’insertion leur permettant de retrouver du travail ».

Le « Buy European Act » (préférence européenne pour les marchés publics) : François Hollande considère qu’il s’agit d’un « bon principe ». « Ça s’appelle la réciprocité. Ça doit se faire à l’échelle de l’Europe voire de la France (…) Ça aurait dû être fait depuis longtemps ». Le candidat socialiste s’est, en revanche, opposé à la possibilité de se mettre à l’écart de l’Europe en cas de refus des institutions.

Apprentissage dès 14 ans : le candidat socialiste a qualifié cette proposition de « vieux refrain de la droite ».

21 h 35 – François Hollande : « Le peuple français veut renégocier le pacte »

Alors qu’Angela Merkel a déclaré que le pacte budgétaire européen n’était pas renégociable, François Hollande a réaffirmé sa volonté de le changer. « Le peuple français a exprimé le choix de la renégociation du pacte », a-t-il expliqué. « Ce n’est pas l’Allemagne qui va décider pour l’ensemble de l’Europe », a-t-il ajouté.

« Nous sommes un pays leader pour l’Europe. Ce que nous allons faire va changer la donne », a affirmé, confiant, François Hollande. « Je me présente pour changer les choses », a-t-il conclu.

21 h 30 – François Hollande : « Nicolas Sarkozy sera jugé sur le taux de chômage »

Alors que le chômage est encore en hausse ce mois-ci, François Hollande a réaffirmé que le président sortant « serait jugé sur le taux de chômage qu’il avait promis de ramener à 5% ». Le candidat socialiste avance ses propositions pour relancer l’emploi, qui aura besoin de « la croissance ».

Il a également reproché une nouvelle fois le terme de « vrai travail » à Nicolas Sarkozy. « Il n’y a pas de vrai travail ni de faux chômage », a-t-il déclaré.

21 h 15 – François Hollande : « Le cannabis doit rester un interdit »

François Hollande s’est opposé à la possibilité de dépénaliser le cannabis, une hypothèse avancée par certains de ses alliés. « Le cannabis doit rester un interdit », a-t-il déclaré.

21 h 10 – François Hollande : « Le FN est un parti autorisé dans la République »

François Hollande a exprimé sa volonté de « s’adresser à tous les Français », qu’ils aient voté ou non pour le Front national. Le candidat socialiste a affirmé que le FN était « un parti autorisé dans la République » bien qu’il « conteste un certain nombre de valeurs de la République ».

21 heures – François Hollande : « Je n’ai pas à dire s’il y a trop d’étrangers en France »

Premier candidat à se présenter sur le plateau, François Hollande s’est dit « confiant » pour le second tour. Il a justifié son choix de ne pas débattre plusieurs fois avec Nicolas Sarkozy. « Il n’y a pas de raison de changer toutes les règles (…) celui qui demande plusieurs débats est celui qui n’est pas dans la meilleure situation ».

Interrogé sur la manifestation organisée par des policiers à la suite de la mise en examen de l’un des leurs, François Hollande a rejeté l’idée de l’instauration d’une « présomption de légitime défense des policiers » sous le coup de l’émotion. David Pujadas interroge le candidat socialiste sur sa « tendance à l’esquive », prenant l’exemple de son absence de réponse concernant la présence des étrangers en France. « Est-ce-qu’il y a trop d’étrangers en France ? », demande le journaliste. Réponse de François Hollande : « Je n’ai pas à dire s’il y a trop d’étrangers ou non ».

20 heures – A dix jours du second tour de l’élection présidentielle, Nicolas Sarkozy et François Hollande sont les invités de David Pujadas dans « Des Paroles & Des Actes ». L’émission, qui a reçue tous les candidats au cours de la campagne, permettra aux deux finalistes du scrutin de se jauger à distance et de préparer au mieux le grand débat qui les opposera mercredi prochain.

Les grands thèmes de l’entre-deux tours ainsi que les polémiques du moment devraient y être abordées par les deux hommes confrontées, comme de coutume, à Fabien Namias, François Lenglet et Nathalie Saint-Cricq, les trois journalistes qui accompagnent David Pujadas, maître de cérémonie.

Une émission à suivre sur France 2 et en direct commenté sur Menly.fr à partir de 20h35.

F Partager sur Facebook T Partager sur Twitter Ajouter un commentaire Envoyer par mail S'abonner au flux rss
AJOUTER UN COMMENTAIRE