Grollande Hebdo n°7 : prostitution, mariage gay… La société idéale version PS

PAR Rédaction Menly, le 30/06/2012 à 11:08

Grollande Hebdo n°7 : prostitution, mariage gay… La société idéale version PS

Retrouvez chaque semaine, les péripéties du quinquennat Hollande sur Menly.fr 

Politique fiction - Najat Vallaud-Belkacem veut éradiquer la prostitution, le mariage homosexuel sera légalisé en 2013, Michel Rocard a un humour qu’il est le seul à comprendre et François Hollande a des gardes du corps non-armés. L’actualité du pouvoir ressemble fort à un grand fourre-tout cette semaine. Ah, et Nadine Morano aime le couscous.

Samedi 23/Dimanche 24 juin 2012 : non, non, non à la prostitution !

Le week-end est généralement synonyme de repos et de tranquillité. Sauf quand on est ministre. Ainsi, Najat Vallaud-Belkacem choisit le jour du Seigneur pour annoncer au JDD qu’elle souhaite abolir la prostitution. Une nouvelle que François Hollande apprend alors qu’il avale son grand bol de Nesquick dominical devant Telefoot. Sans plus attendre, le Président convoque sa ministre et Jean-Marc Ayrault, qu’il reçoit en peignoir et pantoufles dans son bureau. Il s’adresse à NVB :
«J’avais dit quoi à propos des annonces intempestives ?
- Mais c’est pas intempestif ! Je dis stop à la prostitution !
- Et moi je dis stop aux fourches et aux pointes abîmées, croit bon d’ajouter Jean-Marc Ayrault
- Mais j’vais m’le faire lui !»
François Hollande calme sa ministre. «Ecoute Najat, on est tous… presque tous, d’accord avec toi sur le principe mais on fait comment ? T’as une solution ?», l’interroge-t-il. Le premier ministre renchérit : «En plus, tu es ministre des Droits des femmes et il y a des hommes qui se prostituent aussi». «Tes expériences personnelles ne me regardent pas», répond-elle furieuse en quittant le bureau du Président, qui en reste coi : «Comment elle t’a tué !»

Lundi 25 juin 2012 : à gauche, rien de nouveau

L’information de la journée concerne le Front de gauche. Le mouvement va finalement former un groupe à l’Assemblée, grâce à l’aide de députés d’outre-mer. Un peu maigre pour un président habitué aux semaines difficiles depuis son arrivée au pouvoir. Le conseil de Nicolas Sarkozy, glissé le jour de son investiture, lui revient alors en mémoire : «Ne laisse jamais l’actualité te guider ta conduite. Créé le buzz». François Hollande fonce alors dans les bureaux de Valérie Trierweiler :

«Tu fais quoi ?
- Je lis, François
- T’as pas comme une envie de tweeter là ?
- Non, pas vraiment
- Je vais appeler Ségolène
- Si ça peut te faire plaisir
- Ooooh mais allez quoi !»
Le Président joue alors son va-tout et tente le coup de fil à son (faux) ami, Laurent Fabius :
«Dis-moi Lolo, tu trouves pas que je me suis ramolli depuis que je suis président de la République ?
- Non, tu t’en sors pas mal
- Non mais tu crois pas qu’il faudrait dire aux journaux que tu ne m’aimes toujours pas ?
- Les journaux se fichent de nos vieilles querelles, nous sommes là pour servir le pays et…
- Sale traitre !»
François Hollande raccroche, résigné et soupire : «Ça ne serait jamais arrivé à Nicolas…»

 

Mardi 26 juin 2012 : Bodyguard

Aujourd’hui, François Hollande est contrarié. La presse vient de révéler que ses gardes du corps n’étaient pas armés lors du G20 qui s’est tenu à Rio. Il convoque le chef de ce groupe :
«Alors comme ça, moi, président de la République, je suis protégé par des gens sans arme ?
- Ça n’est pas exactement ça, monsieur le Président
- Je vous écoute
- Nous sommes armés… sauf que là, on s’est trompé de sac
- C’est-à-dire ?
- Nous avions emporté les pistolets à billes de mon neveu, monsieur le Président»

Mais les soucis du président de la République ne s’arrêtent pas là. Michel Rocard, qui avait demandé à ce que la France se sépare de la dissuasion nucléaire, revient sur ses propos et déclare avoir fait une plaisanterie. En voyant cela, François Hollande craint le pire. Nicolas Sarkozy ne le rate pas : «La seule blague dans l’histoire c’est ton équipe de communicants !» Barack Obama y va également de son commentaire par sms : «Worst excuse ever, bro’». Vladimir Poutine décroche quant à lui son téléphone pour expliquer de vive voix au président français comment sont traités les «plaisantins» en Russie. Le Président en fait encore des cauchemars.

La journée du Président est définitivement ruinée lorsque celui-ci apprend les chiffres catastrophiques du chômage. Son entrevue avec Aung San Suu Kyi ne suffira pas à lui redonner le moral.

 

Mercredi 27 juin 2012 : responsable mais pas coupable

Hier a eu lieu la première séance de la nouvelle législature à l’Assemblée nationale. Jean-Marc Ayrault, conquérant, s’invite dans le bureau de François Hollande, en prélude du conseil des ministres. Il a, semble-t-il une grande annonce à faire. «François, je vais engager la responsabilité du gouvernement, le 3 juillet prochain, après ma déclaration de politique générale», déclare-t-il, sûr de son fait. Le Président semble sceptique :
«Mais on a la majorité, ça sert à rien ton truc
- C’est pour le symbole. Pour prouver que nous sommes droits, honnêtes et intègres
- Et pour prouver ça, on demande à nos copains de nous soutenir ?
- C’est sûr que dit comme ça…
- On fait des barbec’ tous les week-end avec les députés et là on leur demande de voter la confiance… Quand ça va sortir dans la presse, les journalistes vont nous allumer
- Ça risque pas. Les journalistes aussi viennent à nos barbec’»
Face à un si bon argument, François Hollande cède et accepte de laisser faire Jean-Marc Ayrault.

Le soir-même, une difficile épreuve attend le Président. Angela Merkel vient dîner à l’Elysée. Au menu de ce soir : soupe à la grimace.

 

Jeudi 28 juin 2012 : déjeuner en paix

Jeudi 28 juin démarre par une sombre affaire de déjeuner. Celui de Thomas Hollande, tout d’abord. Le fils du Président a été aperçu en compagnie de Gérald Dahan. Nadine Morano, furieuse, compte se servir de cet argument pour faire annuler l’élection qu’elle a perdue dans sa circonscription. Mais, surprise, elle n’est pas la seule à ne pas apprécier ce rendez-vous. A peine a-t-il quitté Gérald Dahan que Thomas Hollande envoie un message à son père. «Ne t’inquiète pas papa, j’ai accepté de déjeuner avec lui car il a imité ta voix au téléphone. Je me suis fait piéger ! PS : déjeuner avec un mec qui imite Sarko pendant deux heures est la pire des tortures. Si jamais on part en guerre, confie-le à l’armée ! LOL»

Vincent Peillon, ministre de l’Education nationale, décide, à son tour, de se lancer dans l’annonce ministérielle : les vacances de la Toussaint seront allongées pour atteindre les deux semaines pleines. Le voilà lui aussi convoqué dans le bureau du grand patron :
«C’est marrant mais j’ai l’impression que vous n’écoutez jamais rien
- Mais François, c’était une annonce importante !
- On avait dit qu’on réfléchirait au problème et qu’on prendrait une décision en septembre
- Eh ben j’ai une ou deux semaines d’avance
- Faudrait peut-être que tu retournes à l’école toi aussi. D’ailleurs, pourquoi on allonge les vacances ?
- Ça me semblait important
- Donc, l’Europe entière se moque de notre système éducatif tout moisi et toi, le premier truc que tu trouves à faire c’est de réduire le temps de travail. Je suis à deux doigts d’appeler Morano pour te remplacer, tu sais»

Mais le Président n’a plus le temps pour les affaires internes, ce soir aura lieu le 99ème sommet européen de la 99ème dernière chance.

Vendredi 29 juin 2012 : Angie, oh Angie

Les dirigeants des pays de l’Union européenne se sont réunis dans la soirée – jusqu’au petit matin – afin de négocier les termes du Pacte européen de croissance. L’occasion rêvée pour l’Italie et l’Espagne d’imposer leurs conditions. Soutenus par François Hollande, Mariano Rajoy et Mario Monti attendent patiemment la réponse d’Angela Merkel. Vers 5h du matin, après une attente insoutenable, François Hollande sort du bureau dans lequel il s’entretenait avec la chancelière. «Elle accepte vos conditions… mais elle refuse les eurobonds», explique le Président. Mariano Rajoy enrage : «Caramba ! Encore raté !»

De retour en France, François Hollande trouve Valérie Trierweiler dans son bureau :
«Tu as lu Closer ?
- Non, pourquoi ? Qu’est-ce-que t’as fait encore !?
- Anne Sinclair quitte Dominique Strauss-Kahn
- Qui ça ?
- Ben Dominique Strauss-Kahn
- Ah oui, l’ex-futur président…»

Dans le même temps, le gouvernement annonce que le mariage homosexuel sera légalisé durant le quinquennat. Bonne nouvelle pour les uns, catastrophe pour les autres. «Pourquoi ne donne-t-on pas de date ?», demande François Hollande à l’un de ses conseillers. «Pour que vous ayez quelque chose à annoncer lorsque François Fillon vous devancera dans les sondages, monsieur».

Dominique Strauss-Kahn et Anne Sinclair vont-ils réellement se séparer ? Mme Valls a déclaré être «plus glamour» que Mme Ayrault, mais qu’en est-il vraiment ? La prostitution sera-t-elle abolie d’ici à la semaine prochaine ? Beaucoup de questions, une seule réponse : les prochains numéros de Grollande Hebdo !

A LIRE AUSSI SUR MENLY.FR :

- Grollande Hebdo n°1

- Grollande Hebdo n°2

- Grollande Hebdo n°3

- Grollande Hebdo n°4

- Grollande Hebdo n°5

- Grollande Hebdo n°6

- Accord européen : comment Angela Merkel a été piégée

F Partager sur Facebook T Partager sur Twitter Ajouter un commentaire Envoyer par mail S'abonner au flux rss
AJOUTER UN COMMENTAIRE