Bayrou, Royal, Guéant : après le beau temps, la pluie

PAR Laurent Lepsch, le 19/06/2012 à 12:21

Bayrou, Royal, Guéant : après le beau temps, la pluie
La politique, c’est le Dallas de JR et Bobby Ewing de la grande époque. Aux victoires éclatantes succèdent d’amères défaites, on passe du rire aux larmes en un rien de temps et personne n’est épargné. Et appartenir à une famille ne constitue pas, loin s’en faut, un antidote aux coups bas et tordus des siens, à… la trahison. Devant l’embarras du choix (Mélenchon, Morano…), nous avons retenu trois candidats de trois partis différents, qui symbolisent bien ces affres de la vie politique.

SEGOLENE ROYAL :

En matière de défaite, Ségolène Royal n’a en tout cas aucune leçon à recevoir de personne : après avoir mordu la poussière à l’élection présidentielle de 2007, aux primaires de 2011, Ségolène a pris dimanche dernier une raclée aux législatives, battue par le candidat PS dissident Olivier Falorni dont la victoire qui ne souffre d’aucune contestation est cependant du point de vue des cadres du PS marquée du sceau de l’infamie : belle leçon de civisme et de tolérance de la gauche…

Madame Royal ne siègera ainsi pas au perchoir de l’Assemblée nationale et devra se contenter du seul mandat qu’elle conserve, celui de présidente de la région Poitou-Charentes : « Il est beau mon Chabichou, il est frais… »

FRANCOIS BAYROU :

Du côté de François Bayrou aussi la roue a tourné… dans le mauvais sens pour lui. Troisième homme de la présidentielle en 2007 et promis à un avenir politique en fanfare, le candidat du MoDem a depuis dégringolé au même rythme que son parti, à force de mauvais choix, d’absence d’alliances et… de  gamin insolent à qui donner une gifle. Battu dimanche dernier par un socialiste dans une triangulaire dans son fief béarnais où il siégeait depuis 26 ans, l’ancien ministre repart d’une feuille blanche. On sait ramer dans le Béarn ?

CLAUDE GUEANT :

Claude Guéant s’y voyait déjà. Parachuté pour les dernières législatives à Boulogne-Billancourt (92) dans la 9e circonscription, l’ancien ministre de l’Intérieur pensait déjà la partie gagnée après avoir remporté le 1er tour. Sauf que la seconde mi-temps lui fut fatale puisque M. Guéant a été battu d’une courte tête par le dissident UMP Thierry Solère. La traversée du désert M. Claude Guéant, vous connaissez ?

LIRE AUSSI SUR MENLY :

Un ancien conseiller de Sarkozy DG de Twitter ?

F Partager sur Facebook T Partager sur Twitter Ajouter un commentaire Envoyer par mail S'abonner au flux rss
AJOUTER UN COMMENTAIRE