Sécurité routière : 5 000 radars de plus d’ici 2013

PAR Claudine Alves, le 20/10/2011 à 11:30

Sécurité routière : 5 000 radars de plus dici 2013

La mission de réflexion des députés commandéE avant les vacances vient de rendre son rapport contenant 40 propositions pour améliorer la sécurité routière.

Après l’énorme pagaille qui avait suivi l’annonce de la suppression des panneaux annonciateurs de radars, le gouvernement semble vouloir se montrer conciliant avec les automobilistes. Logique, à moins d’un an de la Présidentielle.

La mission recommande par exemple « d’adapter la répression de la vitesse à l’accidentologie« , et donc de sanctionner moins sévèrement les petits excès de vitesse effectués sur les voies les moins dangereuses (comme les autoroutes ou les voies rapides). Ainsi il n’y aurait plus de points retirés pour un excès de moins de 10 km/h, commis une seule fois en six mois sur ce type de voies.

Le développement des radars n’en sera pas pour autant ralenti. Au contraire, puisque le texte prévoit l‘installation de 5 000 radars de plus d’ici 2013, alors qu’on en compte pour le moment environ 3 000, fixes et mobiles. Cependant les députés se sont exprimés en faveur d’un placement dans des zones dangereuses et non pour «  faire du chiffre ».

Les radars de feux rouges eux semblent ne pas faire l’unanimité, et leur suspension serait même envisagée!

Pour l’alcool au volant par contre, pas d’indulgence. Les députés proposent de rendre l’obligatoire la présence d’un éthylotest à bord de chaque véhicule. Comme avec les gilets jaunes et le triangle, son absence serait sanctionnée, d’une amende de 135 €. Un taux d’alcoolémie au volant de plus de 0,8 g serait plus durement sanctionné avec le retrait de 8 points au lieu de 6. Par contre l’idée d’une alcoolémie encore plus réduite pour les jeunes conducteurs a été rejetée.

Le kit mains-libres, dont on évoquait il y a peu la potentielle interdiction, serait sauf. Le téléphone tenu en main au volant, serait puni d’un retrait de 3 points au lieu de deux actuellement, alors que les équipements à commande vocale ou intégrés aux véhicules resteraient autorisés.

Ce sont donc au final des propositions bien plus souples que prévues qui ont été retenues.

F Partager sur Facebook T Partager sur Twitter Ajouter un commentaire Envoyer par mail S'abonner au flux rss
AJOUTER UN COMMENTAIRE